La taille d’hiver


Voyez la main de l’homme:

avec les gestes précis et rapides

hérités du centurion romain

qui le premier sur cette terre du sud

installa sa vigne et sa villa,

avec l’outil né des antiques savoirs

sur le fer du forgeron celte,

avec la recherche poursuivie

par l’intelligence des générations,

cet homme d’aujourd’hui

met à nu la vigne d’hiver

en vue de son mariage au printemps.

À voir: la villa et la ferme gallo romaine sur le domaine du Château de Saint Martin.

Le cep de vigne était l’insigne du centurion romain

Publicités

A propos Arlette.Beal

Peintre, poète et auteur. Pastelliste aquarellistes. Vous pouvez voir sur mon blog, des peintures mais aussi des poèmes et les informations sur mes publications, mes salons du livre et mes expositions Deux carnets de voyage: "Rêveries aux Salins de Hyères", "Rêveries des cabanons et des vignes" un album pour enfant "Arnault, un amour d'épouvantail" ces livres sont édités par les Presses du Midi et bien d'autres projets.
Cet article, publié dans pastel, poème, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La taille d’hiver

  1. ulysse dit :

    Très bel hommage à des gestes et un savoir faire millénaire et merci Arlette pour l’information concernant l’insigne des centurions.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s